Hygiène intime : quel produit choisir ?

Aujourd’hui, l’offre en matière d’hygiène intime explose. Avec des slogans qui rassurent : « respecte votre peau », « anti-irritations », « préserve l’équilibre intime », etc…

Mais peut-on faire confiance à ces arguments de vente ?

Aucune réglementation sur les produits d’hygiène intime

Oui, vous avez bien lu.

En fait, ces arguments marketing ne sont pas soumis à règlementation.

De la même façon, rien ne différencie sur le plan règlementaire un gel douche basique d’un produit d’hygiène intime. Il n’y a aucune obligation pour un produit de respecter un certain pH, certains ingrédients, pour pouvoir utiliser la dénomination « intime ».

Et c’est dommage, car la composition de tous les produits ne se vaut pas. Et c’est uniquement en regardant la liste des ingrédients qu’on le comprend.

Quelles sont les recommandations ?

un pH adapté à la muqueuse intime

Pour un produit d’hygiène intime, le plus important est de respecter le pH de la zone concerné.

Le pH des muqueuses et de la vulve se situe aux alentours de 4-5, comme le reste du corps. Si on ne veut pas assécher la peau et agresser le film hydrolipidique qui protège notre peau, il faut donc choisir un produit au pH légèrement acide.

On peut donc exclure tous les produits à base de savon. En effet, le procédé de saponification (soude + corps gras) sera forcément alcalin. Pour exemple, le savon de Marseille a un pH qui se situe aux alentours de 10 !

Comment retrouver le savon dans la liste des ingrédients d’un gel lavant intime : la mention sodium (sodium cocoate pour un processus de saponification à base d’huile de coco, sodium palmate pour l’huile de palme, etc…).

Les syndets ou pains dermatologiques

Pour se rapprocher du pH de la peau, l’industrie cosmétique a crée le syndet. C’est un savon…sans savon. leur pH se situent autour de 5.

Ils sont issus de l’association de tensioactifs ( leur rôle est de permettre le mélange uniforme d’ingrédients qui normalement ne peuvent pas se mélanger : eau + corps gras).

Mais (oui il y a un mais), tous les tensioactifs ne se valent pas. Certains ont la réputation d’être irritants : les -sulfates (sodium lauryl sulfate, ammonium lauryl sulfate, etc…). Essayez de les éviter.

Préferez des tensioactifs doux issus de base végétale : -glutamate, -glucoside, -betaine.

Evitez les ingrédients allergisants

Evitez les ingrédients « parfum » , et aussi les huiles essentielles.

Evitez les conservateurs et antiseptique

On les retrouve sous la mention « alcohol denat » « triclosan »…

Ces ingrédients peuvent non seulement assécher la peau, mais aussi détruire des germes utiles à votre flore.

Des ingrédients « plue-value »

Certains produits peuvent faire la différence s’ils sont déjà de bonne composition, avec des actifs apaisants à base d’extraits de plantes (mauve, camomille, bleuet, avoine, calendula…).

L’acide lactique est aussi intéressant : certaines bactéries du vagin, les lactobacilles, produisent de l’acide lactique et aident à maintenir le pH acide de la zone.

Parenthèse sur des pratiques à éviter

Le but de cet article est de vous aider à choisir un produit d’hygiène intime qui va préserver votre flore.

Pour être cohérente jusqu’au bout, évitez les lingettes désinfectantes ou antibactérienne dans cette zone, qui auraient l’effet inverse (en détruisant votre flore).

Evitez aussi les déodorants intime, les lingettes nettoyantes (mauvaise composition), et les douches vaginales.

Aussi, lors des menstruations, préférez les culottes menstruelles ou des lingettes cousues en coton, aux protections périodiques industrielles et tampons.

Conclusion

Vous l’aurez compris, le bon choix n’est pas simple, et il impose de lire les étiquettes des produits pour ne pas se faire avoir par des arguments marketing.

Cela parait compliqué, mais une fois qu’on a compris quels termes rechercher dans la liste des ingrédients, c’est rapide, et vous pouvez faire la même chose pour votre gel douche corporel.

Si j’ai choisi de faire cet article, c’est parce qu’on sous-estime l’importance d’avoir un produit d’hygiène adapté à la sphère intime. C’est la première chose à faire quand on a des mycoses, des démangeaisons, des douleurs vulvaires, une sècheresse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s