En finir avec les maux de tête (1ère partie)

On estime à plus de 8 millions le nombre de français souffrant de maux de tête, de façon occasionnelle ou régulière.

Cet article s’adresse avant tout aux personnes dont les différents examens cliniques (neurologique, ORL, ophtalmologique…) non rien décelés.

En effet, si les maux de tête sont fréquents, ou non soulagés par des anti-douleurs, il est important de s’assurer d’abord qu’il n’y a rien sur le plan médical.

Mais autrement, d’où peuvent bien venir ces douleurs ?

Une cause mécanique

Les contractures musculaires

Il faut savoir qu’un muscle n’est jamais contracturé sur toute sa longueur. En effet, seules certaines fibres dans le muscle sont restées « contractées », provoquant une micro-inflammation, une sorte de noeud qui se nomme « point trigger » ou « point gâchette ».

C’est cette zone particulière qui va donner des douleurs projetées (à distance).

Dans le cas des migraines et des maux de tête, deux muscles vont nous intéresser  : le Trapèze et le SCOM (Sterno Cleido Occipito Mastoidien, à vos souhaits). Par des croix sont représentées les points gâchettes, et les zones en rouge sont les douleurs projetées qui s’y rattachent.

 

Leur douleurs projetées peuvent être de type « casque » sur l’arrière et le côté du crâne, mais aussi aller jusqu’à l’orbite, ce qui peut faire penser à tort à des migraines d’origine ophtalmique.

Ces contractures sont favorisées par :

  • le port de charges (lourdes ou juste de manière répétitive)
  • le travail prolongé devant un écran, surtout si vous n’êtes pas bien en face de celui-ci
  • si vous avez tendance à coincer votre téléphone entre l’oreille et l’épaule
  • un sac à main lourd
  • des antécédents de « coup du lapin »

Pour soulager ces douleurs, quelques séances de kinésithérapie peuvent suffirent. Un entretien ostéopathique une ou deux fois par an est aussi efficace pour éviter que ces contractures ne s’installent.

Des blocages articulaires

Un « blocage » articulaire n’est pas forcément douloureux. Le terme « blocage » que nous utilisons, un peu à tort en ostéopathie, est un abus de langage. En réalité, la vertèbre n’est pas bloquée, elle n’est juste pas complètement libre dans ses mouvements.

Au niveau cervical, des petits muscles vont s’insérer sur les vertèbres. Je vous épargne leurs petits noms, mais ce qu’il faut retenir, c’est que si la vertèbre ne bouge pas correctement, alors les muscles qui s’y rattachent vont eux aussi être contraints dans leur mobilité, réveillant leurs points gâchettes.

En voici quelques-uns :

Un foie surchargé


Vous avez des maux de tête juste avant vos règles ? Plutôt après un bon repas de famille bien arrosé ? Vous avez peut-être un foie un peu surchargé.

Le foie est comme une grosse centrale de traitement des déchets, encore faut-il éviter d’en ramener en trop grandes quantités…

A l’automne et au printemps, il est recommandé de faire une cure pour détoxiquer le foie (à base d’artichaut et de radis noir, par exemple, sous forme de gélule ou en jus de legumes).

Attention aussi à votre alimentation : nous avons tendance encore aujourd’hui à faire la chasse aux graisses, mais le grand coupable est bien plus souvent le sucre, qui provoque un état inflammatoire. Veillez à ne pas abusez des plats cuisinés qui en regorgent, à l’alcool et à la consommation excessive de sucre cachés (pâtes 3 minutes, galettes de riz soufflée bio, pain blanc…). Je vous invite à lire cet article de LaNutrition qui rentre plus en détail sur ce sujet.

Si vous pensez être concerné par ce problème, n’hésitez pas à consulter un naturopathe. Ils sont là pour vous conseiller au mieux dans votre alimentation et peuvent vous proposer des compléments alimentaires adaptés à votre cas.

Une intolérance alimentaire ?

Là encore, je vais partir d’un constat que je fais régulièrement en consultation. Je ne suis pas particulièrement adepte des régimes SANS (sans gluten, sans produits laitiers, sans viande, sans vie sans joie…), surtout si on achète des produits industriels, mais ce n’est pas le débat du jour.

En revanche, j’ai un nombre non négligeable de patients qui ont vu leur migraines ou maux de tête considérablement diminuer, voire disparaitre, grâce à l’arrêt des produits laitiers (c’est-à-dire minimum 3 mois).

Pour rappel, nous avons perdus depuis l’enfance l’enzyme qui nous permet de digérer le lait.

Les symptômes d’intolérance alimentaire viennent rarement seuls. A la migraine, vous pouvez rajouter souvent des ballonnements, des problèmes digestifs (alternance diarrhée-constipation).

 

 

Voilà pour les grandes pistes à explorer si vous n’avez pas trouvé de solutions à vos maux de tête. Dans la seconde partie qui fera l’objet d’un nouvel article, je vous décrirai des techniques que vous pourrez mettre en pratique pour soulager vous-même ces douleurs.

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s