Plagiocéphalie : les bons gestes à la maison

C’est sûrement le principal motif de consultation du bébé en ostéopathie : la plagiocéphalie, plus communément appelée « tête plate ».

Pourquoi prend-t-on souvent en charge assez tard ces déformations, pourtant plus faciles à traiter dans les premières semaines de vie ?

Que pouvez-vous faire au quotidien, pour prévenir ou traiter ce méplat chez votre bébé ?

Pourquoi mon bébé a la tête plate ?

Les causes peuvent être multiples : la position intra-utérine dans les dernières semaines de grossesse, un accouchement difficile (avec éventuellement utilisation de forceps ou ventouses). Dans ce cas, la déformation est visible dès les premiers jours de vie.

Mais la plupart du temps, c’est parce que votre bébé est trop souvent sur le dos. Les os étant extrêmement malléables à cet âge-là, ils peuvent légèrement se déformer.

Si la pression s’exerce sur tout l’arrière crâne, on parlera de brachycéphalie. Si cette pression est asymétrique, on parlera de plagiocéphalie. Cette dernière provoque une rotation préférentielle de la tête.

Les bons gestes au quotidien

Le sommeil

Les recommandations sont claires : la nuit, ou sans surveillance, votre bébé doit dormir sur le dos. Cependant, dans le cas d’une plagiocéphalie avec rotation préférentielle d’un côté, vous pouvez mettre un linge roulé (une serviette par exemple) SOUS le matelas pour aider à la rotation de la tête de l’autre côté.

Par exemple, si le méplat se trouve plutôt du côté droit comme sur l’image ci-dessus, votre bébé aura une tendance naturelle à tourner la tête à droite. En mettant un linge sous le matelas à droite, cela ramène la tête en position neutre.

Pour les siestes, si elles sont sous votre surveillance, privilegiez le plus possible la position sur le côté, en alternant, une fois sur à droite, une fois à gauche.

Organisation du mobilier

Des petits arrangements tout simples peuvent avoir de grands bénéfices…

Placez le mobile au dessus du berceau à hauteur du ventre de bébé, et décalé à gauche ou à droite pour corriger une rotation préférentielle de la tête.

De la même manière, vous pouvez tourner le lit de façon à ce que les sollicitations visuelles (lumière, veilleuse, doudou, interaction avec vous) soient du côté opposé à la déformation.

Plage d’éveil

Durant les phases d’éveil, essayez de proposer à votre bébé des périodes où il sera sur le ventre. La durée est à adapter en fonction de l’âge, mais il vaut mieux faire des sessions courtes plusieurs fois par jour. N’hésitez pas à jouer avec lui dans ces moments, car il fatigue vite et risque de s’énerver.

Si c’est le cas, on n’insiste pas ! On le remet sur le dos, quitte à recommencer un peu plus tard. Le but n’est pas de dégoûter l’enfant de cette position.

J’en profite pour faire un petit aparté sur la position sur le ventre : il n’y a pas d’âge pour démarrer. Avant deux mois, vous pouvez mettre une petite serviette sous le thorax pour l’aider à se redresser tant qu’il ne tient pas bien sa tête. Si la position est mal tolérée, à cause de coliques ou de régurgitations, un ostéopathe peut être utile.

 

Le portage

Jusqu’à un an, vous pouvez porter votre bébé en écharpe ! A la maison ou à l’extérieur, non seulement vous diminuez les temps d’appui sur son crâne (en transat ou cosy), et vous avez les mains libres pour vaquer à vos occupations. Il existe de plus en plus d’ateliers qui proposent l’apprentissage du porter en écharpe.

En conclusion…

Tous ces petits gestes demandent beaucoup de temps et d’attentions, c’est certain. Mais ils sont très important car ils vont permettre de d’optimiser et de pérenniser l’action de l’ostéopathe. L’un ne va pas sans l’autre.

Persévérez ! Selon l’âge de l’enfant et l’importance de la déformation, vous ne verrez pas forcément tout de suite les résultats. En effet, au fil des mois, le crâne du bébé devient de moins en moins malléable et grandit moins vite.

Et enfin… Déculpabilisez ! Ces déformations crâniennes sont malheureusement le fruit d’un manque d’informations données aux parents sur le sujet. La prévention n’est pas encore au point dans le milieu médical et paramédical. Nous agissons encore trop souvent quand la déformation est bien installée.

 

En lien, voici les plaquettes d’information de l’association prévention plagiocéphalie :

Ces plaquettes sont aussi disponibles en version imprimable, afin d’être distribuées au plus grand nombre (salles d’attentes de pédiatre, ostéopathes, kinésithérapeute, généraliste…)

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s