Réduisez vos douleurs grâce à l’alimentation

Vous avez des douleurs musculaires, une tendance à faire des tendinites ? Vous êtes fatigué(e) et vous souffrez de migraines ? Vos articulations vous font mal et vous gênent dans vos activités quotidiennes ?

Ces maux vous paraissent bien différents, et pourtant, bien souvent, le responsable est le même : un excès d’acidité.

Qu’est-ce que l’acidose ?

Au quotidien, notre corps connait une alternance de déséquilibres. Vous l’avez remarqué, lors d’une analyse de sang, les chiffres sont considérés comme bons lorsqu’ils sont compris dans une fourchette.

En matière d’acidité, le corps a besoin de maintenir des limites très étroites : c’est l’équilibre acido basique.

Cet équilibre permet de nous maintenir en bonne santé. Sa mesure est le pH, et doit être compris entre 6,5 et 7,5.

En dessous de 6,5, on dit qu’il y a un excès d’acide dans l’organisme, donc une acidose (légère, à ne pas confondre à une acidose pathologique et grave du diabète).

Les conséquences d’un excès d’acidité

A la longue, cet état d’acidose peut être mauvais, car il favorise de nombreux troubles :

L’ostéoporose

En cas d’agression répétée, le corps va puiser dans les réserves de calcium, magnesium et potassium des os, pour tamponner l’acidité en excès.

J’en profite pour faire un encart important sur les produits laitiers, encore souvent recommandés en cas d’ostéoporose. Arrêtons le massacre ! En effet, il est intéressant de constater que c’est justement dans les pays producteurs et consommateurs de produits laitiers qu’il y a le plus fort taux d’ostéoporose (et de fractures du col du fémur), avec une moindre incidence dans le pourtour méditerranéen. Dans cette région, des études ont montrées que l’alimentation riche en légumes et pauvre en protéines animales en est la raison. Les végétaux, alcalinisants, sont chargés en polyphénols. Par leur action anti inflammatoire, ils participent à l’intégrité du squelette.

Les douleurs musculaires

Les tissus conjonctifs (tendons, ligaments, muscles…) vont servir de dépôt et de tampon à cet excès d’acidité.

En conséquence, ces tissus vont s’inflammer et perdre de leur élasticité, ce qui va entrainer à la longue des douleurs (tendinites ou autre douleur musculaire).

Arthrite et arthrose

Le phénomène est identique. L’excès d’acide empêche l’eau de se fixer correctement dans les articulations, altérant leur souplesse.

Les troubles digestifs

On le dit de plus en plus, notre capacité à résister aux maladies, et notre équilibre émotionnel sont étroitement lié à l’état de notre flore intestinale.

Lorsque notre alimentation est trop acidifiante, les « gentilles » bactéries protectrices meurent, et les agents pathogènes prolifèrent. Cette invasion est à l’origine de troubles comme la constipation, la diarrhée, des douleurs et des ballonnements.

Pour préserver sa flore intestinale, il est important d’avoir un bon équilibre acido basique, une bonne hydratation et de faire de l’exercice.

La fatigue et les migraines à répétition

Ils ont souvent la même origine : l’épuisement du corps. Les systèmes tampons sont trop sollicités, si bien que l’organisme n’arrive plus à éliminer correctement les déchets acides.

Comment tester mon acidité ?

Il faut tester votre pH urinaire. Vous pouvez vous procurer des bandelettes de pH urinaire en pharmacie ou sur internet. Veillez à ce que l’échelle se fasse de 0,2 en 0,2 pour plus de précision.

Placer la bandelette sous le jet urinaire 1 à 2 secondes. Cette mesure doit être répétée trois fois par jour pendant 5 jours de suite.

Préférez effectuer ces mesures a jeun, avant les repas. Evitez la première urine du matin.

La moyenne doit se situer entre 6,5 et 7,5.

Si votre pH est inférieur à 6,5

A noter qu’il peut être bas chez les personnes souffrant de diabète et de diarrhée. Dans ce cas un suivi médical s’impose. En dehors de ce contexte, un rééquilibrage alimentaire peut vous être bénéfique.

Si votre pH est au dessus de 7,5

Attention, ce n’est pas normal. Ce peut être le signe d’une infection, d’un dérèglement hormonal ou d’une insuffisance rénale. Dans ce cas un suivi médical est nécessaire. Si ce n’est pas votre cas, peut être êtes-vous végétarien, auquel cas ne changez rien à vos habitudes.

Rééquilibrage alimentaire

L’indice PRAL d’un aliment permet de déterminer s’il est acidifiant (+) ou alcalinisant(-) au niveau de l’organisme.

Je vous renvoie vers ce tableau pour avoir le détail des différents aliments.

Aussi, voici un excellent article de Thierry Souccar pour mieux comprendre ce qu’est l’indice PRAL et comment il est calculé.

Bien entendu, il ne s’agit pas d’éliminer tous les aliments acidifiants, car certains sont indispensables au maintien d’une alimentation équilibrée (légumineuses, riz, poisson). Il suffit de les associer à des aliments alcalinisants, comme les légumes.

Les légumes devraient être considérés comme l’élément principal du plat, et non comme un simple accompagnement.

Respecter l’équilibre acide-base ne vous dispense par de manger sainement : évitez donc les aliments sucrés, raffinés (plats cuisinés, pâtisseries, gâteaux secs) et limitez votre consommation de toxiques : café, alcool. L’indice PRAL nous renseigne sur l’effet acidifiant ou non d’un aliment, pas sur sa qualité nutritionnelle.

 

Cet article décrit dans les grandes lignes ce régime alimentaire. Pour de plus amples informations, je vous recommande la lecture de La méthode acide base du Dr Hervé Grosgogeat, et du guide de l’équilibre acide base de Florence Piquet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s