Les huiles essentielles au secours de vos muscles et articulations

Arthrose, arthrite, courbatures, entorses, contractures ? Dans cet article, je vous explique comment faire vous-même vos huiles musculaires et articulaires.

Le mélange de base

Pour toutes les préparations, il faudra diluer les huiles essentielles dans une huile végétale. On ne doit JAMAIS appliquer une huile essentielle directement sur la peau ! Je rappelle que c’est un concentré très actif de la plante, qui peut non seulement être allergène, mais dangereux. quelques gouttes bien diluées suffisent pour une grande efficacité.

Pour le choix de l’huile végétale, j’ai ma préférence pour l’huile de sésame. Je l’achète au rayon bio alimentaire, elle est vendue bien moins chère que dans une parapharmacie. Assurez-vous juste dans ce cas que les grains n’ont pas été torréfiés.

Comment choisir une huile végétale ?

  • elle ne doit pas rancir trop vite : on évitera l’huile de macadamia
  • si elle est utilisée pour un enfant, on choisira plutôt de l’amande douce
  • si l’huile essentielle doit pénétrer en profondeur, on utilisera une huile plus légère : sésame, jojoba, noisette

Pour une huile thérapeutique, le dosage utilisé est de 8% d’HE pour 10ml d’huile, donc 0,8ml d’HE pour 9,2 ml d’huile végétale.

Bon, je vous rassure, on ne va pas sortir la balance de cuisine pour s’amuser avec un si petit dosage. Grosso modo, 1 goutte d’huile essentielle = 0,04ml, donc pour obtenir 10ml d’huile musculaire ou articulaire, vous mélangerez 20 gouttes d’HE et compléterez avec l’huile végétale.

Huile musculaire

Le mélange que je vous propose contient plusieurs huiles essentielles pour agir sur un spectre large : contracture, contusion, entorse, récupération…

  • hélichryse italienne (ou immortelle): répare les micro traumatismes, cicatrisante, anti-hématome
  • gaulthérie odorante ou couchée (à remplacer par l’eucalyptus citronné si vous prenez des anti-coagulants) : anti-inflammatoire, l’huile décontractante par excellence
  • romarin à camphre : myorelaxante
  • menthe poivrée : antalgique, anesthésiante

5 gouttes de chaque pour 9,2ml d’huile végétale (au total 10ml).

Huile articulaire

Pour les douleurs froides (arthrose)

La douleur provient de l’usure des cartilages. Elle est ravivée par l’effort et soulagée par le repos.

  • gaulthérie couchée ou odorante : anti-inflammatoire (on peut la remplacer par l’eucalyptus citronné)
  • romarin à camphre : décontractante et antalgique
  • genévrier : antirhumatismal, antalgique

Pour les douleurs inflammatoires (arthrite, crise de goutte)

Dans ce cas, les douleurs surviennent plutôt la nuit, ou au début de l’effort. Elles ne sont pas soulagées par le repos. Il peut y avoir un gonflement de l’articulation, et une mobilité réduite.

La crise de goutte est la plupart du temps localisée au gros orteil, et provoqué par un excès d’acide urique.

  • gaulthérie odorante ou couchée : anti-inflammatoire (on peut la remplacer par l’eucalyptus citronné)
  • menthe poivrée : antalgique et anesthésiante

Vous avez la main verte ?

Connaissez-vous les huiles solarisées ? J’ai découvert ça l’été dernier lors d’un atelier sur l’herboristerie.

Il s’agit de récolter la plante, de remplir un pot au trois quart avec la partie que l’on souhaite conserver (la partie active, pas la tige), puis on complète avec de l’huile végétale. On referme le bocal puis on l’expose au soleil pendant 21 jours. On veillera à recouvrir le pot d’un linge les veilles, jours et lendemain de pleine lune, car ça peut gêner la solarisation. Si il fait vraiment nuageux, vous prolongez d’autant de jours de soleil pour obtenir les 21 jours.

Simple, et surtout efficace. J’en ai fait à l’hélichryse italienne et à la lavande, et je peux vous assurer que c’est tout aussi efficace que les remèdes ci-dessus.

Si vous avez un jardin ou que vous aimez la cueillette sauvage, lancez-vous ! Vous pouvez trouver : de la lavande (antalgique), du romarin (anti inflammatoire), de l’hélichryse (anti hématome), du genévrier, de la menthe…

Pour finir, n’utilisez pas une plante si vous n’êtes pas sûr de ce que c’est. Pour avoir fait pas mal de cueillette cet été, je peux vous dire que ce n’est parfois pas facile de différencier certaines plantes. N’utilisez pas les huiles essentielles si vous êtes enceinte ou que vous allaitez.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s